Pour la troisième année consécutive, le port de plaisance de Saint-Florent accueillait dimanche soir la dernière étape de la Corsica Classic. Organisée pour la 9e édition, cette magnifique régate de vieux gréements en Méditerranée a effectué un tour de Corse à travers un parcours de rêve entre Ajaccio et Saint-Florent depuis le 24 août.

Skipper du « Mister Fips », un magnifique voilier en bois vintage et dans l’esprit tradition, Yann Le Bunetel est un habitué de la régate depuis cinq ans. Il raconte son expérience.

IMG_20180902_184258

Que représente pour vous la Corsica Classic ?

C’est la première régate de la saison d’hiver et un superbe itinéraire à travers sept ports le long des rivages corses. C’est aussi l’occasion de faire découvrir aux habitants de l’île ces magnifiques « vieilles dames », parfois centenaires, qui nous emmènent de port en port. Je participe à la Corsica Classic depuis cinq ans, et je me rends compte combien la Corse offre des plans d’eau et des golfes sublimes qui se prêtent parfaitement à la voile.

Pourquoi participez vous à la régate depuis cinq ans ?

Tout a commencé grâce à une rencontre avec l’organisateur, Thibault Assante. Son projet de faire une régate en Corse m’a beaucoup intéressé. Depuis, la Corsica Classic me permet de découvrir à chaque étape de nouvelles villes. À travers des partenariats avec les commerces, les restaurateurs et les grands chefs de chaque point de chute, j’ai appris à apprécier les spécialités locales et à découvrir chaque lieu qui nous a accueilli.

Quel regard portez-vous sur l’étape de Saint-Florent ?

Depuis trois ans, elle est une magnifique prolongation de la Corsica Classic. L’étape de Saint-Florent nous a permis de faire durer l’aventure et de découvrir un lieu qui n’a pas d’équivalent : le golfe qui abrite le village et le port. Il fait désormais partie de la course. Et nous y revenons avec un grand plaisir chaque année.

 

Les photos de la Corsica Classic à Saint-Florent

Article du journal Corse Matin du mardi 4 septembre  2018